[Home Page [Programme [Songs [Performances [Links]

Sea Green Singers - Chanson de Craonne - click on verse or chorus images to print each on a full page - cliquer sur l'image de vers ou refrain pour grandir


http://les.barricades.free.fr/Liens/frameNS.htm
Chanson de Craonne - Anonyme - musique de Charles Sablon; aussi appelée "Chanson de Lorette", cette complainte anonyme, chantée par les poilus sur le front de l'Aisne, où se trouve le plateau de Craonne, est un témoignage de l'état d'esprit des troupes françaises au moment de l'échec de l'offensive Nivelle (200,000 morts en 2 mois) et des mutineries d'avril 1917 (3500 condamnations dont 500 mort). L'armee offrit une prime pour identifier les anonymes troufions auteurs du texte. L'auteur des paroles est inconnu, l'air est celui d'une romance de Charles Sablon, "Bonsoir m'amour" très en vogue avant-guerre.

Quand au bout de huit jours le repos terminé
On va reprendre les tranchées
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile
Mais c'est fini on en a assez
Personne ne veut plus marcher
Et le cœur bien gros comm' dans un sanglot
On dit adieu aux civelots
Même sans tambours, même sans trompette
On s'en va là-haut, en baissant la tête.

Adieu la vie, adieu l'amour
Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne, sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau,
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés.

Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la relève
Que nous attendons sans trêve
Soudain dans la nuit et dans le silence
On voit quelqu'un qui s'avance
C'est un officier de chasseurs à pied
Qui vient pour nous remplacer ,
Doucement dans l'ombre sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leur tombes.

C'est malheureux de voir sur les grands boulevards
Tous ces gros qui font la foire .
Si pour eux la vie est rose
Pour nous, c'est pas la même chose
Au lieu de s'cacher tous ces embusqués
Feraient mieux d'monter aux tranchées
Pour défendre leurs biens, car nous n'avons rien
Nous autres les pauvres purotins
Tous les camarades sont tendus-Ià.
Pour défend'Ies biens de ces messieurs là.

Ceux qu'ont le pognon, ceux-Ià reviendront
Car c'est pour eux qu'on crève
Mais c'est fini, car les trouffions
Vont tous se mettr' en grève
Ce sera votre tour messieurs les gros
De monter sur l'plateau :
Car si vous voulez la guerre
Payez-là de votre peau.

 

1. When one weeks rest ends, to the trenches we’re sent,
To start all over again
We soon find that double quick
Without us they’re soon be licked
But the end’s soon in sight tho’ this life’s shite ,
We want no more left left right
And with hearts like lead, our sadness unsaid
Out of our civvies we tread.
Theres no trumpet call, or drum roll instead
We go over the top, just lowering our head

Chorus
Farewell to love, farewell to life
Farewell to girls sweet smile
Soon it’s the end, for all of the while
The end of this war so vile
Its at Craonne, on the plateau
Our lives we must let go
We are condemned, pay the price
We are the sacrifice

2. One week in the trench, One week of distress
We cling to the hope we possess
That this night we’ll get relieved
That tonight we get reprieved
Softly in the night such peace and such quiet
Someone moves into our sight
Moving at snails pace our officers face
Coming in to take our place
In shadows rain falls, and out in the gloom
The little soldiers go to find their tomb
Chorus

3. Its shameful to see on streets in the city
These rich folks making merry
If for them life seems divine
Then for us its not so fine
Rather than lay low, these shirkers should go
Up there right up to the front
Defending their stash, when we’ve got no cash
We only know how to square bash
Our comrades in arms They’re buried right here
To fill up the pockets of those rich folk there

Final Chorus
Those with the cash, they must come back
Cos’ its for them we’re dying
The end is ahead, cos’ soldiers have said
That they’re all soon striking
And then its your turn, Rich slobs to go
on the plateau instead
‘Cos if your keen on this war
Pay for it with your head